Pour nous contacter

Envoyez-nous vos histoires ou vos réflexions sur les sales cons au travail. Le mode d'emploi, c'est ici.

ETES-VOUS UN SALE CON ?

mardi 3 avril 2007

Le sale con gentil ou comment être un sale con sans se fatiguer

Et voici une nouvelle histoire reçue aujourd'hui.

Je travaille dans une organisation dans laquelle, heureusement, nous n'avons pas vraiment de "sale con". Je prends le sens réducteur de la définition de ce blog : une personne qui méprise ses collègues de travail, qui les rabaisse (préférentiellement en public), qui fait preuve de mauvaise foi, etc.

En revanche, j'ai, dans ma hiérarchie, ce que j'appellerais des "sales cons gentils", qui peuvent faire autant de dégâts. Je suis d'une nature plutôt positive, et plutôt optimiste. J'ai donc régulièrement proposé des améliorations, ou ai souligné des problèmes de fonctionnement / d'organisation.
Le sale con tout court m'aurait convoqué, ou engueulé en public, ou tourné en ridicule (tout ceci n'est jamais agréable). Le sale con gentil m'a dit régulièrement : "Super, eh bien, on va constituer un groupe de travail qui va faire des recommandations, est-ce que tu veux bien t'en occuper ?" Forcément, j'étais piégé, puisque j'avais proposé que les choses changent. Au fil des années, je me suis donc retrouvé dans plusieurs commissions, groupes de travail, groupes de réflexion, nous avons beaucoup discuté, souvent en dehors des heures de travail, nous avons pondu des textes, nous nous sommes enthousiasmés sur des solutions, puis nous avons transmis à notre hiérarchie. Qui a continué son petit bonhomme de chemin sans se soucier de lire, ou de répondre.


Bilan : énormément d'énergie gâchée, et une motivation qui dégringole parmi les quelques bénévoles qui s'étaient regroupés, et qui se jurent bien qu'on ne les y reprendra plus.

Moralité : comment juguler les individus révolutionnaires, parce
que créatifs, dans une organisation ? Faites-les travailler sur le problème, ils vous laisseront tranquille pendant ce temps, car ils feront leur travail
sérieusement, puis jetez leur rapport à la poubelle. Beaucoup moins fatigant que d'être un sale con méchant, et cela donne les mêmes effets au final (avec juste un peu plus de subtilité, et un peu moins d'insultes).

1 commentaire:

Josick d'esprit agricole a dit…

Charger d'une responsabilité supplémentaire la personne qui démasque un problème, une méthode pour inciter à fermer sa "gueule" et travailler dans le statu quo.