Pour nous contacter

Envoyez-nous vos histoires ou vos réflexions sur les sales cons au travail. Le mode d'emploi, c'est ici.

ETES-VOUS UN SALE CON ?

mercredi 31 janvier 2007

Test : Etes-vous un sale con certifié ?

Extrait de : Objectif Zéro-sale-con de Robert Sutton
The No Asshole Rule, © 2007, by Robert Sutton.
© Editions Vuibert, 2007 pour la traduction française.


Indiquez pour chaque énoncé suivant s’il est vrai (V) ou faux (F).



Ce que vous pensez vraiment des gens



__1. Vous êtes entouré d’idiots incompétents, et vous ne pouvez vous empêcher de leur faire savoir cette triste vérité aussi souvent que possible.

__2. Vous étiez une personne très bien avant de commencer à travailler avec ce ramassis de crétins.

__3. Vous ne faites pas confiance aux personnes qui vous entourent, et ils ne vous font pas confiance.

__4. Vos collègues sont forcément des rivaux.


__5. Vous pensez que la seule façon d’arriver au top, c’est de pousser les autres hors du chemin.

__6. Vous jouissez en secret devant la souffrance des autres.

__7. Vous êtes souvent jaloux de vos collègues et trouvez très difficile d’être content lorsqu’ils réussissent quelque chose.

__8. Vous avez une petite liste d’amis proches, et une longue liste d’ennemis. Vous êtes aussi fier de l’une que de l’autre.


Votre comportement face aux autres


__9. Parfois, vous ne pouvez vous retenir d’exprimer votre mépris aux idiots qui travaillent avec vous.

__10. Vous trouvez normal de glapir et d’insulter certains crétins dans votre entreprise… sans cela, ils sont incapables de faire quoi que ce soit.

__11. Vous prenez sur vous tout le bénéfice des succès de vos collaborateurs. Et pourquoi pas ? De toute façon, ils ne seraient rien sans vous.

__12. Vous adorez faire en réunion des petits commentaires inutiles, qui n’ont pas d’autre but que d’humilier ou déstabiliser la personne en face de vous.

__13. Vous êtes très bon pour mettre en évidence les erreurs des autres.


__14. Vous, vous ne faites jamais d’erreur. Quand quelque chose ne marche pas bien, vous trouvez toujours un crétin à engueuler.

__15. Vous interrompez systématiquement les gens. Ce que vous avez à dire est plus important.

__16. Vous léchez en permanence les bottes de vos supérieurs, et vous attendez de vos subordonnés qu’ils fassent de même.

__17. Vos blagues et remarques caustiques peuvent parfois être un peu méchantes, mais il faut admettre qu’elles sont vraiment très drôles.

__18. Vous aimez vos collaborateurs les plus proches et ils vous aiment, mais vous êtes en état de guerre permanent avec le reste de l’entreprise. Vous traitez tous les autres comme des merdes car s’ils ne font pas partie de vos amis, c’est qu’ils font partie de vos ennemis.


Le comportement des autres face à vous


__19. Lorsqu’ils vous parlent, les gens semblent essayer d’éviter votre regard, et ils deviennent souvent nerveux.

__20. Vous avez l’impression que les gens font très attention à ce qu’ils disent devant vous.

__21. Vous recevez fréquemment des réponses désagréables à vos e-mails, et cela dégénère la plupart du temps en conflit atomique avec ces connards.

__22. Les gens paraissent souvent hésiter à vous divulguer des informations personnelles.

__23. Quand vous apparaissez dans une assemblée joyeuse, les rires s’interrompent immédiatement.

__24. Lorsque vous arrivez quelque part, il se trouve systématiquement quelqu’un pour annoncer qu’il doit partir.

-----------------------

Maintenant, comptez toutes les fois où vous avez répondu « vrai ». Ce test n’a pas été encore totalement validé scientifiquement, mais à mon avis :

0/5 réponses positives : Vous ne devez pas être un sale con certifié. Mais peut-être que vous ne vous connaissez pas vous-même.

6/15 réponses positives : Attention, vous êtes à la limite du
sale con certifié. Le moment est sans doute venu de changer de comportement avant que la situation n’empire.

Plus de 16 réponses positives : Vous semblez être un vrai sale con
certifié. Vous avez besoin d’aide. Mais vous serez aimable de ne pas me demander mon aide, je préfère ne pas avoir affaire à vous.

20 commentaires:

Anonyme a dit…

Alors la vraiment dans le mille. Chaque ligne correspond à mon Boss. Il est vraiment au top des Sales Cons certifiés. On ne pouvais tomber plus juste. C'est vraiment pathétique de connaitre quelqu'un comme çà non? Mais continuez çà vaut vraiment le coup

Anonyme a dit…

J'ai reconnu mon collaborateur en lisant les points 7, 10, 12, 13, 16,

il manque un point dans votre questionnaire sur l'hypocrisie, il me débine dans le dos après avoir pris son pied en déblatérant sur ses collègues, mais là il aurait cumulé un défaut de trop

consolez vous, si vous êtes dans son cas, un bon BOSS s'accoutume de ce genre d'individu

Anonyme a dit…

Grâce au quotidien Le Matin, j'ai découvert ce site, et pourquoi pas me lancer dans la lecture du livre "Objectif zéro-sale-con". Parce qu'il est vrai qu'il y a des gens qui prennent un mâlin plaisir de faire du mal ainsi. J'ai une cheffe-collègue qui agit de la sorte à mon égard et j'en souffre horriblement depuis plusieurs années : dépressions et humiliations, voire de la honte d'être ce que je suis, que ce soit dans ma vie privée ou au travail. Ces gens attaquent parfois la vie privée des personnes, et ça fait encore plus mal...

Anonyme a dit…

J'en ai dans mon travail, il faudrait meme le mettre dans la classe mondiale du sale con. pas de chance c'est un frontalier......

Anonyme a dit…

Typiquement: associer un sale con à un frontalier, n'est-ce pas déjà faire partie des sales cons racistes?

Anonyme a dit…

Quand on a un(e) supérieur(e) qui nous traite mal, on résout la situation ou on change de job. Si on a la trouille et ben on reste, on assume et on arrête de se plaindre.

Anonyme a dit…

J'en avais une de sale conne dans ma boîte, on s'est ligué contre elle, et elle a été virée !

Anonyme a dit…

Un sale con est rarement accessible à la remise en question.

Avoir peur d'un sale con est tout à fait justifié, vu que le terrorisme est son mode de fonctionnement.

Y'en a marre des gens qui trouvent pratique de penser que dans le harcèlement, le harcelé est complice de son harceleur.

Un vrai pervers s'arrangera toujours pour que la personne qu'il harcèle passe pour une grosse malade si elle se défend. Et donc, c'est la loi de la jungle : soit tu subis en silence et tu finis par être couvert d'eczéma et tout le monde se dit que tu l'as mérité (mais personne ne va jusqu'à réagir ou dire que la situation est anormale, car tout le monde pète de trouille...), soit tu te casses et c'est le sale con qui a raison (puisque lui garde son job tandis que tu te retrouves à la rue).

Mais bon, comme quelque part tu as un peu mérité ce qui t'arrive...

Ca met hors de moi, ce type de raisonnement...

Anonyme a dit…

Je viens de démissioner d'un job où une vrai sale conne harcèle (tout en souriant) plusieurs collègues au même niveau hiérarchique qui sont pour elle des concurrants. J'ai parlé plusieurs fois à notre responsable et même au directeur géneral le jour de ma démission.Ils SAVENT qu'elle a un comportement qui provoque une mauvaise ambiance mais disent ne pas savoir qoui faire, car elle travaille quand-même. Elle avait travaillé chez un concurrent, c'est peut-être pour cela qu'ils ont peur d'elle(?).Donc après plusieurs disputes, je suis parti, ma santé avant tout.La vie est trop curte pour perdre son temps ainsi.Je changerai de boulot, même de métier si'l le faut, mais plus de pleures, nuits sans dormir, engueulades à la maison avec es gens que j'aime...C'est fini!Ras-le-bol!!

Anonyme a dit…

J'ai travaillé dans une société où le top boss-1 s'est permis un jour une moquerie (dans une autre langue que je ne maitrise pas, croyant que je n'allais pas comprendre!)au sujet du fait que je venais au travail en vélo. Dans cette même société, un autre top manager s'est envoyé en l'air avec sa voiture de fonction alors qu'il était soul! Vive la jungle! la loi du plus fort qui impose ses imbécilités à ses subordonnées impotents. Si ce mode de fonctionnement se généralise dans nos sociétés, on va bientôt grimper, non pas dans la hiérarchie (société basée mérite) mais dans les arbres pour chercher pitance...

Anonyme a dit…

Le pire dans ces situations ,c'est que le sale con trouve toujours un leche botte pour lui donner raisons.Travaillant dans un milieu médical ,je suis malheureusement obliger d'obeir à la sale conne qui me sert de chef de service,( qui soit dit en passant n'etait pas aussi sale conne avant d'avoir se pouvoir.)

Pyke a dit…

J'ai connu le con "astral", non, pire: "cosmique". Un grand enfant gâté, instable, impulsif, colérique, imprévisible, hypocrite au possible et plein de thunes... Bref, mon ex patron. Ex, le mot qui sauve. Il a fallu que j'en arrive au burn out (épuisement nerveux), à 7 mois d'arrêt de travail, pour parvenir à péniblement m'extirper de ses griffes. Il y a maintenant presque un an que j'ai été un bienheureux licencié. Je commence à refaire surface, mais j'ai frisé l'immersion de destruction. En con clusion, ne vous accrochez pas. Aucun employeur, ni aucun job (et je l'aimais ce job!) ne mérite de subir pareil cataclysme sidéral. En un mot: fuyez!!! (si votre situation le permet...).

Anonyme a dit…

je reprend un commentaire sur "l'hypocrisie".

En effet, si l'on replace ce mot dans le contexte on peut également dire que c'est totalement hypocrite de dénigrer à tout va les "sales cons" (certifiés ou pas).

Je suis un sale con et fièr de l'être. Même si, il me semble, je n'attaque jamais personne sur la vie privée, je ne manque jamais de leur faire remarqué à quel point ils peuvent parfois être incapables (mes employés). Dans mon secteur, j'agis de la sorte depuis plus de 4 ans maintenant et je suis heureux de voir que dans notre secteur d'activité nous sommes maintenant les premiers. Il y a 4 ans notre service se placait sur la place ou nous travaillont même pas dans les 10 premiers.

L'exemple dans le livre montre Steve Jobs sous le mauvais angle uniquement et ne parle pas assez de la réussite incroyable de marketing faite pour Apple.

In fine, soyons réaliste et arrêtons d'idéaliser l'humanisme et rappelons nous que dans le business, ce sont pratiquement toujours les "requins" qui gagnent.

l'épargnée des sales-cons a dit…

Pour ma part, j'essaye de traiter les sales cons avec humour et philosophie, en essayant tant que possible de relativiser les situations. Jusqu'alors, ça a l'air de porter ses fruits.

Il me semble qu'apporter tant de commentaires négatifs sur les sales cons qui nous entourent, au risque de devenir sale con soi-même (voir énoncé n°13), c'est leur donner encore trop d'importance.

Ceci-dit, s'il existe dans cet ouvrage des méthodes astucieuses, positives et efficaces pour leur faire face, alors je suis preneuse.

Bon courage dans votre combat!

Francisco SANCHEZ a dit…

Bonsoir,
En fait je suis déçu par la définition du sale con. Du moins de l'énoncé de ses comportements.
En fait, le sale con est ce que j'appelais un "confortable"...On sait où on va avec ces gens là, on les évite et les outils présentés me semblent assez efficace puisque j'en ai expérimentés quelques uns. En fait, le sale con pour moi était plus le bétonneur, le praticien de la logique del'éteignoir, celui qui fait tout pour que rien ne bouge. L'obsédé de la pédale de frein...Ceux là aussi méritent une attention particulière. Le coût pour l'entreprise occasionné par ces personnes doit certainement être évaluables.
Quelqu'un aurait-il quelques références sur les pratiques de ces emmerdeurs et la façon de s'en échapper...

Anonyme a dit…

Pour les plus jeunes d'entre nous, la lecture du "Principe de Peter" me parait être un 'must', et un moment tout aussi inoubliable.
Ne faites pas comme moi, je l'ai prêté, j'ai du me le racheter !

Teddy a dit…

Tiens, bizarre ...
Personne n'admet se reconnaître ...
Allez quoi, un peu de courage.

Anonyme a dit…

Ne sommes nous pas toujours le sale con de quelqu'un ?
Un tel comportement est à mon avis la conséquence de mauvais choix à de nombreux niveaux, et la citation du "Principe de Peter" est très juste : le sale con est peut-être plus simplement celui qui a atteint son niveau d'incapacité ? Ou quelqu'un qui est orienté dans un métier qui ne lui est pas adapté ? Le débat est donc beaucoup plus profond que la désignation facile d'une étiquette : j'ai moi même vécu une situation terrible : une collègue a été recrutée pour travailler avec moi. Toutes les 5 minutes dans mon bureau pour me poser une question, pendant deux ans, toutes les remarques déplacées j'y ai eu droit surtout lorsque je refusais silencieusement de donner un compte-rendu en règle sur ma vie privée du week-end le lundi matin...
Et j'apprends par la bande qu'elle répètait même à qui voulait l'entendre que je la faisais souffrir au quotidien car je "refusais de l'aider", que j'ai même falli lui faire faire une fausse couche !! J'en étais à établir un dossier en vu d'une plainte pour harcèlement moral...
Plutôt que de la qualifier de "sale con", nous avons travaillé à une réorientation professionnelle plus adaptée, grâce à une mobilité interne.
Un résultat à ce jour relationnellement que j'estime probant...
Certes, des cicatrices sont restées, mais je crois sincèrement que plutôt de stigmatiser quelqu'un qui perturbe par des comportements associaux (car c'est bien de cela qu'il s'agit), nous devons rechercher quelles en sont les causes.
Management, orientation, recrutement, organisation du travail aussi... tous ces aspects sont en cause. Alors, plutôt que de chercher le curatif, il me parait intéressant d'avoir une réflexion de fond... C'est à mon avis toujours du court terme et relativement malsain de stigmatiser un loup blanc, et de procéder à de la chasse aux sorcières... Même si les dégats provoqués par ce type de personne sont réels...

Anonyme a dit…

Pour "le sale con et fier de l'être", j'ai remarqué que cet homme (ou femme) ne maîtrisait pas si bien les règles d'orthographe: on écrit "plaçait" avec une cédille et "de leur faire remarqué", "remarqué" doit être à l'infinitif...
Si vos pauvres collègues doivent subir votre connerie en plus de votre illettrisme, ça fait peur...

Anonyme a dit…

oh mon dieu je me sens moins seule!
on devrait passer ce test sur intranet dans toutes les entreprises meme si lesconnes ne se reconnaissent pas ça ferait au moins rire les autres! chez nous on a 2 magnifiques specimens 2 championnes toutes categories mais le pire c est quelles se reproduisent!!!